Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Carnet Libre

L'Italie n'est pas la poubelle de l'Europe!

La crise des migrants qui s'ouvre à nouveau en Méditerranée nous démontre à quel point nos démocraties sont désormais faibles face à un phénomène qui n'est ni nouveau et qui ne va pas s'arrêter demain.

Encore une fois, les intérêts nationaux prévalent sur une politique commune de l'Union Européenne, qui semble incapable de trouver des solutions communes, une vision politique et un projet de société commun aux 27 Etats membres. 

Malgré les différents accords signés et les jolies photos, depuis début 2022, l'Italie a accepté plus de 90'000 migrants sur son territoire.

Dans sa grande "solidarité" l'Union Européenne en a repris 117... dont 38 par la France, 74 par l'Allemagne et 5 par le Luxembourg. 

Des chiffres qui démontre le ridicule du gouvernement français qui joue à la vierge effarouchée et à crier sur l'Italie qui manquerait "d'humanité" dans l'affaire du navire "Ocean Viking" où le Premier Ministre Italien Giorgia Meloni aura réussi à faire céder la France qui aura donc accueilli à Toulon les 237 passagers encore à bord. 

La manière dont Catherine Colonna (Ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères), Laurence Boone (Secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes), et Olivier Véran (Porte-Parole du gouvernement) parlent à l'Italie est simplement inadmissible et absolument insupportable. 

Sans parler de l'attitude du Ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin au début de l'affaire, menaçant de ne pas "prendre les 3500 migrants" que le France doit en principe accueillir, mais dont elle se moque éperdument. Menaces qui font sourire en Italie puisque le gouvernement français démontre son manque de crédibilité dans l'affaire. 

Encore une fois, la moraline a remplacé depuis longtemps la politique. 

Encore une fois, tout semble fait pour que le seul vainqueur du bras de fer qui se joue entre Paris et Rome, soit en réalité le Rassemblement National, qui n'en demandait pas autant, suite aux débats embourbés de la semaine dernière lors des questions au Gouvernement à l'Assemblée Nationale et la polémique sur les propos racistes d'un de ses députés. 

La facilité avec laquelle le gouvernement français se perd en polémique est la démonstration d'un Président Macron qui ne dirige plus rien, si ce n'est son énorme égo boursoufflé. 

Malgré les menaces et les gesticulations, pour l'instant c'est Rome qui mène 1-0 face à Paris. 

Car malgré ce que peuvent croire certains, l'Italie, elle ne compte pas devenir la poubelle de l'Europe. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :